Soins personnalisés

Les traitements spécifiques

Après une consultation et des examens complémentaires, le neurologue en accord avec le patient, mettra en place un plan de soin adapté et personnalisé en fonction des objectifs et du diagnotic.

Sclérose en plaques

Les anticorps monoclonaux anti lymphocytes B anti CD20, les modificateurs de la production immunologique (cladribine), les anti-intégrines (natalizumab)…

Troubles cognitifs

Douleur mémorisée

La kétamine injectable, les injections de toxine botulinique, les patchs à la capsaïsine, le solumédrol…

Épilepsie

Parkinson

La dopamine, les agonistes dopaminergiques, la mise en place de pompe à Dopaceptin en sous-cutané…

Neuropathies

Les traitements proposés dans le cadre du Syndrome d’Ehlers Danlos Hypermobile

Rééducation proprioceptive

Kiné, exercices, vêtements compressifs et rééducation posturale.

Stimulation cognitive

Selon les principes de la gestion mentale : exercice pour l’attention, la concentration et la mémoire de travail.

Oxygénothérapie séquentielle

Mise en place de l’oxygène à la maison pour le traitement des douleurs et de la fatigue.

Traitements antalgiques non allopatiques

La neurostimulation trans-cutanée et la neuromodulation avec la stimulation du nerf vague et la stimulation magnétique fonctionnelle.

Les nouveaux traitements

En fonction du diagnotic, il peut être proposé en supplément :

Le TENS

Le neuro-stimulateur trans-cutané est une technique physique simple qui est indiquée en première intention dans les douleurs neuropathiques.

Son action agit par le biais d’une stimulation proprioceptive au niveau de la moelle épinière.

La stimulation proprioceptive des fibres sensitives les plus myélinisées transmet son information au niveau de la moelle épinière puis remonte vers le bulbe pour se terminer dans le thalamus et le cortex pariétal.

Sauf qu’au niveau médullaire, avant de remonter vers des structures plus haut situées, il existe une petite bretelle qui revient vers la corne postérieure de la moelle épinière pour inhiber la transmission des messages douloureux.
Il s’agit du fameux contrôle de la porte , en anglais « gate control ».

Ce type de traitement physique de la douleur agit « ici et maintenant »
Ceci veut donc dire que lorsque la stimulation s’est arrêtée, l’effet s’arrête.

En début de traitement de douleurs neuropathiques, il est conseillé au patient d’effectuer 2 à 3 séances de stimulation d’environ 2 heures/jour.

Dans un autre but de réinitialisation du schéma corporel cérébral, surtout lorsque les patients ont une douleur mémorisée chronique depuis trois mois, associée à des troubles de la posture, il est conseillé au patient de poursuivre cette technique pendant trois mois, même s’il n’y a plus de douleur, afin de de stabiliser les informations corticales et refaire de nouveaux réseaux neuronaux corticaux.

La Stimulation Magnétique Fonctionnelle (FMS)

C’est un concept émis par plusieurs centres anti douleur dans le monde. Le pionnier de cette technique en France est le Dr Dominique Parrain.

Cette technique a une action multifocale :

  • Au niveau périphérique, la stimulation magnétique contraint les capteurs périphériques à transmettre un message imposé, avec des caractéristiques physiques communes à toute la zone stimulée. Tout se passe comme si on rééduquait les capteurs proprioceptifs et les capteurs nociceptifs de la peau, des articulations, des tendons et des muscles.
  • Au niveau médullaire, lorsqu’un patient vit une douleur mémorisée depuis plus de trois mois, le passage obligé de transmission de la périphérie vers le cerveau est naturellement la moelle épinière. Autrement dit, il s’organise au sein de la moelle épinière, un secteur électriques qui chemine du haut vers le bas, de façon quasi permanente. Si cette information douloureuse est soutenue par un vecteur électriques le long de la moelle épinière, de façon perpendiculaire, il se crée un champ magnétique. Plus le vecteur électrique est important, plus le champ magnétique est puissant et plus il aide à la propagation de l’information douloureuse. Il s’agit d’un véritable cercle vicieux. Avec la stimulation magnétique fonctionnelle, le but de l’action est de désorganisées le champ magnétique le long de la moelle épinière.

1 à 3 séances peuvent suffire pour désorganiser cette propagation électriques et magnétique.

  •  Au niveau cortical, la stimulation magnétique qui est appelée par les anglo-saxons « RTMS » a pour but de désorganiser les boucles cortico-sous-corticale, thalamo pariétale controlatérale, à la douleur corporelle.

Selon les centres, la stimulation magnétique fonctionnelle s’effectue sous forme de séances.
Une séance d’intensité très élevée à Rouen.
10 séances consécutives d’intensité moyenne et uniquement cérébrale à Nantes.

Nous avons pris le parti de faire une synthèse de cette stratégie en effectuant initialement trois séances de stimulation d’intensité rapidement progressive consécutivement. Et pour les séances de consolidation, une séance d’intensité élevée.

La séance doit être effectuée avec un personnel médical formé sous la responsabilité d’un neurologue ayant la capacité de prendre en charge la douleur chronique/mémorisée.
Durée de la séance : 15 minutes

Effet de la séance :

Le jour même le patient peut avoir la sensation d’être combattu, il peut y avoir une recrudescence de la douleur sur certaines zones musculaires ou articulaires.

Il est même conseillé au patient d’utiliser des antalgiques de palier I : paracétamol ou anti-inflammatoires non stéroïdiens en cas de recrudescence de douleurs.

L’effet thérapeutique de la séance de stimulation magnétique fonctionnelle survient dans 70 % des cas 8 jours après la séance de stimulation et l’intensité de la douleur diminue pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois selon les individus.

Le Stimulateur du nerf vague

C’est une techniques de neuromodulation.

Le stimulateur se place au niveau de l’oreille gauche.
En effet, au niveau de la conque de l’oreille gauche, il existe des fibres appartenant au nerf vague ( Xème paires crâniennes)

La stimulation du nerf vague est utilisée depuis de nombreuses années chez les patients épileptiques, mais aussi chez les patients ayant un syndrome anxiodépressif, des troubles émotionnels et désormais des douleurs mémorisées chroniques.

La neurostimulation est une réorganisation du système nerveux central qui permet une augmentation du seuil d’apparition de la douleur.

Il ne s’agit pas d’une stimulation qui agit « ici et maintenant » mais d’une stimulation qui prépare une amélioration future.

Il est donc conseillé au patient d’effectuer tous les jours, une séance de stimulation de 30 minutes, pendant au moins six semaines afin de pouvoir bénéficier d’un début de neuromodulation.

Lorsque cette techniques devient de plus en plus efficace, alors le patient peut diminuer la fréquence d’utilisation du neurostimulateur transcutané.